Chapite II Partie 3 bis

Publié le par Maybe

Précédent : Chapite II Partie 3

 

Soudain, un éclair éclata suivi d’un bruit effrayant. Kerry se cabra. Enna recula, surprise. Quand ses quatre pattes furent à terre, Kerry avait changé de visage. Il était complètement paniqué. Sa bouche bougeait sans arrêt, donnant l’impression qu’il bégayait. Ses yeux étaient tous ronds, comme s’ils allaient sortir de leurs orbites. Il regardait en direction du village.

« - Qu’est ce qu’il y a ? dit Enna, commençant à être mal à l’aise.

Elle regarda vers le village mais ne vit que les arbres gardiens.

- Kerry ! Kerry ! Dis-moi qu’est ce qu’il y a ?

 - Mais dis-moi…

- Mais attend…

- Non ! Écoute si tu as besoin de moi, tu viens au lac et tu cries mon nom, d’accord ? Je dois y aller, dit-il en reculant.

- Kerry ! !

- N’oublie pas… le lac ! ! »

Il lui donna un baiser juste à côté de la bouche et partit au galop dans la forêt. Mais qu’est ce qu’il se passait ?

Enna n’avait pas le choix. Vu l’heure, elle ne pouvait pas le poursuivre. De toute façon, il devait déjà être loin… elle descendit la prairie précipitamment. Plus elle arrivait vers les arbres gardiens, plus elle se détendit et ralentit le pas. Elle sentit l’odeur des poulets grillés de Monsieur Sunpa. C’était peut-être ça qui avait fait peur à Kerry. De voir des animaux sur le feu. A cette pensée, le cœur d’Enna se soulagea un peu. Il se relaxa encore plus lorsqu’elle s’imagina que Monsieur Sunpa en donnerait sûrement à son père pour le repas. Elle pourrait encore en manger ! Elle frémit de bonheur, elle adorait le poulet. Elle dépassa les arbres et s’arrêta, nette. Son seau tomba par terre et se renversa. Elle comprit enfin la frayeur de Kerry et ce n’était pas à cause des poulets, loin de là…

            Elle regarda autour d’elle, ne sachant que faire. Ses genoux se mirent à trembler, sa bouche également, elle ne pouvait pas rester en place, elle était complètement paniquée ! Elle regarda autour d’elle pour trouver une lueur d’espoir mais non… rien. Elle avait du mal à réaliser… On n’avait attaqué son village ! Tout avait été brûlé…d’où l’odeur des poulets. Elle avança, tremblante, parmi les cendres  et passa devant la maison des Azert. Il n'y avait plus rien, seuls quelques pans de murs subsistaient. Elle se mit à courir et traversa la maison des Zenatti, elle était dans le même état que les autres. Avant, et il y avait à peine quelques temps, tout était fleuri, vert. Maintenant, la cendre régnait sur le village décédé. Elle arriva sur la place du village, essoufflée et bouleversée. C'est là où se trouvait le forum, c’est là où habitait le chef du village et surtout, là où se cacher en cas de problèmes. Elle ouvrit la porte de la cave. Une fumée et une odeur abominable s’en échappèrent. Enna toussa et plissa des yeux pour mieux voir. Oh non ! Oh non ! On avait brûlé les gens qui se trouvaient à l’intérieur ! Ce n’était pas possible ! Sa famille ne pouvait pas être là dedans. Elle détourna le regard des cadavres et couru vers sa maison. Elle était en ruines. Elle fouilla les débris, essayant de trouver quelque chose et surtout…quelqu’un ! Elle trouva un bout de chiffon brûlé, c’était le doudou d’Isanaëlle. Elle fouilla plus violemment. Elle toucha une chaussure…ou plutôt un pied ! ! Elle enleva tous les débris. Le corps était de dos. Enna respira un bon coup et le retourna. Oh non ! C’était son père ! Elle le contempla longuement… il était mort. Il tenait quelque chose dans sa main. Elle le lui prit, toute tremblante. C’était le glaive de son père. Elle l’adorait. Il lui avait même promis de l’échanger contre son couteau de paysanne si elle était sage. Mais elle n’avait pas été sage. Quand elle vit ce qu’il y avait à la pointe, elle comprit qu’elle n’avait pas été sage. Mais pourquoi fallait-il qu’elle en fasse toujours à sa tête ? Pourquoi ? Si elle était allée prendre de l’eau vite fait et était revenue, elle aurait peut-être pu faire quelque chose ou au moins, elle aurait pu mourir honorablement avec sa famille.

            Elle enleva l’objet de sa haine du couteau et le regarda longuement. C’était une plume de colombe, une plume du prince Himmel. Il était venu ici, avec Rick et les autres, et pendant qu’elle gambadait avec Kerry, sa famille et ses amis se faisaient massacrer. Ce prince n’avait vraiment aucun honneur. Pourquoi avait-il fait ça ? Pour se distraire ? Mais pourquoi, pourquoi, pourquoi… ? Elle regarda autour d’elle. Il n’y avait plus rien. Tous ses proches, toute son enfance, toute sa vie étaient partie en fumée. Si seulement elle avait… La pluie commença à tomber et à mouiller les gravats du village. Les larmes lui montèrent aux yeux. Enna se mit à crier de toutes ses forces, de toute son âme au milieu des décombres de sa vie. Elle libéra toute sa haine et sa rancœur. Après cela, elle perdit connaissance, la plume et le glaive serrés très fort dans sa main.   

 

Suite : Chapitre II Partie 4

Publié dans La Plume et le glaive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article